Le roman vietnamien francophone

Orientalisme, occidentalisme et hybridité

Si la construction de l’Extrême-Orient par les écrivains occidentaux est un fait littéraire largement étudié, bien rares sont les explorations des oeuvres orientalistes d’auteurs eux-mêmes issus des anciennes colonies. Avertissement à qui s’attendrait à découvrir ici une prose subversive, ou simplement une vision plus réaliste du Vietnam de l’époque coloniale : quelques surprises l’attendent. Souvent, en effet, les romanciers ont fait leurs les clichés de l’orientalisme métropolitain.

La construction de l’Autre ne se fait pas à sens unique, et l’invention de l’Occident par des auteurs d’Asie est aussi un phénomène fascinant. Là encore, on s’étonnera de voir que les oppositions simplistes entre culture et nature, matérialisme et spiritualité ou vitalité et passivité ne furent pas tant remises en cause que simplement renversées. Certains romans vietnamiens francophones « occidentalistes » se révèlent en cela tout aussi stéréotypés que leurs contre-modèles.

Entre la vision de l’Orient comme un continent incapable de survivre sans la présence des Français et celle qui réduit l’Occident à une machine de conquête sans âme, y a-t-il eu une voie médiane ? Oui, et Ching Selao nous convainc sans peine que ces romans de l’entre-deux participent d’une désorientation discursive bien plus féconde pour l’imaginaire et la réflexion critique.

Ching Selao est diplômée de l’Université de Montréal, et professeure à l’Université du Vermont, où elle enseigne les littératures francophones et québécoise.

Acheter cet ouvrage

Papier

ISBN : 978-2-7606-2222-7

34,95 $ / 31,00 €

PDF

ISBN : 978-2-7606-2683-6

16,99 $ / 14,99 €

E-Pub

ISBN : 978-2-7606-2720-8

16,99 $ / 14,99 €